Freelance : Les avantages et les inconvénients

Cela va bientôt faire 4 ans que je suis freelance (travailleur indépendant). Voici pourquoi j’aime être freelance, les avantages, et les défauts de ce statut particulier.

URSSAF-RSI

LES AVANTAGES :

Nouveau billet 5 €
– Meilleure rémunération :
On entend dire qu’on gagne environ 3 fois plus qu’en CDI. Cela dépend de plusieurs paramètres : son TJM (taux journalier moyen, ce qu’on gagne par jour) et sa capacité à trouver des missions.
Pour ma part, j’ai eu de chance : je suis freelance depuis 2008 et j’ai enchaîné des missions longues, donc je n’ai pas eu de grande période de creux (du moins pas encore !).
Si vraiment on ne trouve pas de missions, il existe aussi des boites de placement qui placent les indépendants et qui prennent une commission.
Voici quelques exemples d’entreprises spécialisées dans le domaine de l’informatique :
Emagine, anciennement GFT, boite de recrutement : www.emagine.org
Cameleon, boite de recrutement : /www.cameleon-cm.com
Et il y a aussi maintenant de plus en plus de sites spécialisés qui regroupent les offres d’emploi éphémères (toujours dans le secteur communication).
Remix Jobs, recrutements freelance : remixjobs.com

Liberté
– Liberté :
La première chose que j’entends quand je dis que je suis freelance, c’est : “tu fais les horaires que tu veux, c’est cool ça”. Et bien oui et non. Contrairement à la majorité des freelances, je déteste travailler de chez moi. Je n’aime pas restée cloîtrée chez moi, ne pas avoir de collègues à qui parler, devoir me faire à manger le midi. De plus, mon copain a des horaires décalées, donc est souvent à la maison la journée, et ne comprend pas que “je suis là mais c’est comme si j’étais pas là”.
Bref, j’aime être au bureau de telle heure à telle heure et rentrer chez moi, j’aime la séparation vie professionnelle / vie personnelle. Le client qui envoie un mail à 20h et qui espère une réponse dans l’immédiat, c’est sympa mais juste pendant les charrettes.
Mais c’est mon choix personnel et cette liberté reste tout de même un énorme avantage :
Pour ceux qui bossent de chez eux, il n’y a pas d’horaires fixes. On peut aller faire ses courses en plein milieu de l’après-midi et aller chercher ses enfants après l’école.
Et les vacances ? Pas besoin de poser ses vacances 6 mois avant ! Certes, on a pas de RTT, mais on est libres de prendre autant de vacances qu’on veut et quand on veut ! On ne fait pas de “demande de congé” mais on “prévient qu’on ne sera pas là”.
J’ai croisé des freelances qui alternaient missions et voyages autour du monde.

3514-K TVA
– Possibilité de déduire les frais :
Quand on est travailleur indépendant en régime réel simplifié, on peut facturer la TVA et récupérer la TVA sur ses achats. On peut également déduire ses frais. Pour ma part, voici une partie de ce que je déduis : AGA (association de gestion agréée), loyer, électricité, internet, abonnement mobile, assurance maison, assurance voiture, carte intégrale, essence, péages, taxis, matériel informatique…
Chaque trimestre, je reverse la TVA que j’ai facturé à mes clients au Trésor Public et je déduis la TVA de mes propres achats. Aussi, si j’achète un disque dur ou un appareil photo à moins de 500 euros (petit outillage), c’est déduit de mon chiffre d’affaire de l’année. Si j’achète une voiture, ce sera une immobilisation et l’achat sera amorti sur plusieurs années.
Plus on déduit, et moins le chiffre d’affaire est important, et moins on paie d’impôts.

Carte bleue rouge
– Jolie carte bleue rouge :
Quand on a un compte pro dans une banque, on a une jolie carte bleue rouge (j’ai ouvert un compte pro car j’ai eu un prix sur la cotisation, sinon je ne l’aurais pas fait).
La plupart des indépendants autour de moi ont ouvert un simple compte courant dans une banque en ligne et ont une carte bleue gratuite (de couleur bleue ou or).
Ce qui compte, c’est de séparer ses actions personnelles et professionnelles, ce qui est beaucoup plus simple pour la comptabilité.
EDIT du 16.02.15 : J’ai quitté ma jolie carte bleue rouge pour une carte premier, gratuite chez Boursorama. Contactez-moi si vous souhaitez que je vous parraine, vous gagnerez 80€ !
LCL Carte Visa Business : http://professionnels.lcl.fr/-gestion-au-quotidien/la-monetique/cartes-visa-business/
Boursorama, Carte Premier gratuite : http://www.boursorama.com/banque-en-ligne/compte-bancaire/carte-visa-premier-gratuite.html

LES INCONVÉNIENTS :

Pôle emploi
– Précarité :
On a pas d’indemnités chômage si on ne trouve pas de boulot. Si on est au RSI, on a 30 jours de carence maladie (faut vraiment être très malade). MAJ DU 30/04/14 : À l’Agessa (sécurité sociale des artistes auteurs), le délai de carence est identique que pour tout le monde (3 jours). C’est un gros avantage comparé à l’URSSAF.
Si on ne trouve pas de boulot pendant 3 mois, on ne gagne rien du tout, on a aucune aide. Il faut prendre sur le gain des missions précédentes.
Pour ceux qui ont vraiment peur de cet inconvénient, il est possible de possible de passer par un portage salarial. Qu’est-ce que c’est ? Le portage salarial permet, sans créer son entreprise, de proposer ses compétences à des clie​nts, tout en continuant à bénéficier des avantages du statut de salarié.
Si cet inconvénient (ne pas toucher d’argent quand on ne travaille pas) vous freine, sachez qu’il existe le statut d’intermittent du spectacle pour les domaines du spectacle vivant, du cinéma et de l’audiovisuel, par exemple la 3D.
Prium Portage, société de portage salarial : http://www.prium-portage.com/

New-York
– Formation :
Quand on est en CDI, on bénéficie parfois de formations internes prises en charge par la boite.
On peut aussi voyager gratuitement pour raisons professionnelles : lors de mon dernier CDI, je suis partie travailler à New York tous frais payés pendant 1 mois !
En tant que freelance, on doit assurer soi-même sa formation et faire de la veille pour être constamment à jour. On doit évoluer tout seul.
A compter du 1 juillet 2012, les contributions (taxe de formation professionnelle de 0,35%) seront versées à l’AGESSA et à la Maison Des Artistes afin d’alimenter le nouveau fonds de formation continue pour les artistes auteurs confié à l’Afdas1, organisme chargé de financer les actions de formation et de professionnalisation : http://www.upp-auteurs.fr/actualites.php?actualite=728

Facture
– Délai de paiement :
Dans le meilleur des mondes, le client paie à un mois d’écart. Dans la réalité, la plupart des clients paient à trois mois d’écart, voire plus ! Une agence m’a payé une fois 6 mois après, suite à un problème administratif. Moi, ces délais ne m’ont jamais gêné, car comme j’avais des revenus réguliers décalés depuis le début, ça revenait au même. Mais j’ai souvent entendu mes collègues freelances se plaindre à ce propos.
Actuellement, je passe par une boite de placement, donc je suis payée à 1 mois (c’est un des avantages de passer par un intermédiaire). Cela évite de relancer (ou harceler) ses clients pour leur rappeler de nous payer.
D’ailleurs, saviez-vous qu’on doit inscrire “note d’honoraires” et non pas “facture” quand on ne vend pas de matériel ?

Ticket resto
– Pas de tickets resto :
On n’a pas le petit chéquier mensuel et quand on a une moyenne de 10 euros pour manger tous les midis, c’est dommage !
En ce qui concerne la déduction des frais de repas, elle est très réglementée. On ne peut pas déduire la TVA des repas seuls, et le montant remboursé est valable pour un achat entre 4,55 € et 17,70 € (cette fourchette change souvent selon les années). Par exemple, si j’ai pris une formule à 13,50 €, je ne pourrai déduire que 8,95 €, et je ne pourrai pas récupérer la TVA.
Par contre, si on invite un client (en indiquant son nom), on peut déduire toute sa note + TVA et ça passe en frais de représentation.
J’ai connu des collègues qui s’invitaient entre eux pour pourvoir déduire la totalité tous les jours. Ou des gens qui vont manger dans le même restaurant deux fois de suite et qui prennent la note le deuxième jour pour 2 repas.
– Travailleurs indépendants – déduction des frais de repas 2017 : https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F31212

Note de repas
– Demande de factures :
C’est du détail, mais il faut penser à demander sa petite facture pour tous les déjeuners. J’ai déjà attendu au restaurant plus de 20 minutes avec des collègues pour avoir les notes de frais (mention spéciale aux bornes du MacDo).
Il faut penser à demander et conserver les factures de tout ce que l’on peut déduire (voir plus haut).

Ambiance de travail
– Ambiance de travail :
Quand on bosse de chez soi, il n’y a tout simplement pas d’ambiance de travail.
Quand on est intégré dans la boite, on est quelque fois mis à l’écart parce qu’on est pas CDI. On est même parfois sujet à des (gentilles) railleries par rapport à ce qu’on gagne ! Oui, un freelance ça coûte cher, mais, pour une société, entre un freelance et un CDI + charges patronales + autres taxes de l’état, c’est à peu près pareil.
Et, pour ceux qui bossent de chez eux et qui en ont marre, il existe une nouvelle tendance : des bureaux à louer pour indépendants.
BAP, bureaux à partager : http://www.bureauxapartager.com/
– Article sur le coworking sur rue89 : http://www.rue89.com/2009/04/21/le-coworking-ou-lart-de-partager-son-bureau

URSSAF RSI anagrammes
– Galère administrative :
Trois lettres qui sont pour beaucoup de freelances un cauchemar : RSI (Régime Social des Indépendants) ! Mon cas était un peu spécial, quand j’ai commencé mon activité, j’étais webdesigner et développeur (j’ai passé un BTS Com Visuelle et j’ai fait l’école des Gobelins). Je m’étais inscrite à La Maison des Artistes. Mon activité de développeur était largement majoritaire, donc La Maison des Artistes m’a viré et a transféré mes activités à l’URSSAF et au RSI (pour la sécurité sociale).
Sauf que le transfert n’a pas bien marché… J’ai dû me déplacer plusieurs fois au RSI très enceinte pour réclamer une couverture sociale. Pendant des mois, je n’étais ni à la sécurité sociale générale ni au RSI donc j’ai dû avancer mes frais médicaux.
Franchement, les cotisations du RSI sont hasardeuses, ça ressemble à la loterie ! Quand on va les voir, on sent qu’ils sont complètement paumés. J’ai un dossier entier de leurs courriers qui me demandent des sommes différentes à chaque fois.
J’ai aussi dû aller voir l’URSSAF pour leur dire que je voulais payer, car sinon j’étais dans l’illégalité. Ils ne répondaient pas au téléphone ni par courrier donc dû me déplacer plusieurs fois et faire la queue debout (toujours très enceinte). Message pour l’URSSAF de Tolbiac : mais bordel mettez un système de tickets (c’est pas compliqué avec toutes les thunes qu’on vous file) !!!
Bref, maintenant je suis à l’Agessa (là où j’aurais dû être depuis le début) donc adieu l’URSSAF et le RSI.
Malgré toute cette galère de paperasserie, sachez que l’état est assez honnête : une année, j’avais payé une certaine somme en trop de TVA (à cause d’une bourde du comptable) et une gentille dame du Trésor Public m’a appelé pour le signaler et me dire que j’allais être remboursée.
Et, pour finir, voici un courrier qui circule sur Facebook (profil de Pierrot le Zygo) et qui illustre parfaitement l’incompétence du RSI :
RSI boulets
EDIT du 16.02.15 : Vous avez peut-être vu le reportage sur Zone Interdite qui explique beaucoup de choses ! Cette immersion dans un des centres d’appel du RSI est révoltante. La majorité des employés qui répondent au téléphone n’ont aucune formation et leurs réponses sont hasardeuses. Seuls les cotisants qui sont au bord du gouffre et qui menacent de se suicider sont réellement pris en charge via une ‘ligne rouge’.

URSSAF ou Agessa
– URSSAF VS Agessa :
Je crois avoir la réponse à l’éternel débat URSSAF VS Agessa : je pense qu’on se fait moins plumer à l’Agessa. Le système de précompte fait que les cotisations sociales sont à la charge du client. Psychologiquement, c’est moins douloureux que de payer à part ces taxes. Le net est donc moins élevé donc on paie moins d’impôts. C’est très difficile à comparer car il est presque impossible d’avoir un CA identique sur deux années de suite. Conseil pour tous les développeurs web freelances : allez plutôt faire un tour à l’Agessa et faites des bébés pour réduire vos impôts !
EDIT DU 16.02.15 : Après plusieurs années avec un chiffre d’affaire similaire, je peux vous assurer que je suis plus heureuse à l’Agessa !

Compta
– Comptabilité :
C’est aussi la galère. J’ai connu un freelance qui s’est remis en CDI rien que pour échapper à tout cela. Au début, j’avais un expert-comptable. Mais au bout d’un an, je n’étais pas satisfaite (je suis peut-être tombée sur un très mauvais comptable), et j’ai décidé de faire ma compta moi-même. Je bénéficie de l’aide et de la vérification de mon AGA (Association de Gestion Agréée). Chaque trimestre, je passe quelques heures à insérer les entrées et les sorties dans le logiciel CIEL (je ne le recommande pas, une horreur), et je remplis et la déclaration 3514-K (avis acompte pour la TVA).
En quoi est-ce plus avantageux de faire ça moi-même ? Je décide seule des pourcentages de déduction (20% du loyer par exemple), et des déductions elles-mêmes (“oui je veux déduire Batman Arkham Asylum, c’est pour étudier les graphismes des menus !”). Alors que le comptable ne va pas se prendre la tête et filtrer car “s’il y a un problème, c’est à lui de se justifier”. Donc au final, l’aide AGA me coûte deux fois moins chère et mon chiffre d’affaire est plus bas donc je paie moins d’impôts, tout cela contre quelques heures tous les 3 mois.

Mairie du 12ème Paris
– L’administration :
Tous les freelances ont déjà au moins une fois entendu cette phrase “il me faudra vos trois derniers bulletins de salaire” (ou encore “il me faudra un extrait K-Bis”). Étant donné qu’on est indépendant et que notre activité professionnelle peut varier du tout au rien, le statut est considéré comme précaire. Ainsi, il est assez difficile de louer un appartement. Pour la banque, on m’a dit qu’il fallait 3 années d’ancienneté pour contracter un prêt (MAJ du 30/04/14 : il faut au moins 3 bilans pour obtenir un prêt, et certaines banques n’accepteront pas votre dossier à cause du statut). Pour tout ce qui est administratif, pour déclarer son “salaire”, on prend le dernier avis d’imposition et on divise par 12, cela donne une moyenne mensuelle.
Pour la petite histoire, j’avais acheté une voiture à mon nom en tant que professionnelle. Lorsque je l’ai vendue, le jeune homme a galéré pour la déclarer à son nom. Il s’est déplacé à la préfecture une première fois, on lui a demandé une copie de l’attestation du registre du commerce de la société, il a dû y retourner une seconde fois en expliquant que je n’étais pas commerçante.

Racket RSI
– Le « racket » :
Je le dis souvent, j’ai l’impression de me faire racketter de tout le monde. Quand on reçoit sa paie, on est tout content, on a de l’argent ! Et puis on reçoit des lettres, des factures, pour être exacte : le RSI, le Trésor Public (les impôts), la CIPAV (la retraite), l’AGA, l’URSSAF, la banque… J’ai aussi dû payer un surloyer par rapport à mon appartement, chose que j’ignorais possible. Au final, le gros chèque se transforme en chèque qui permet de payer les factures. Et on se dit qu’on doit bosser plus et c’est le serpent qui se mort la queue. Cela contribue aussi le fait qu’on ne sait pas exactement combien on gagne.
On entend beaucoup dire qu’on gagne réellement 50% de ce qu’on facture.

Pour conclure :
Pour le moment je n’ai pas envie de me remettre en CDI, même si j’ai été quelque fois tentée. J’avais peur au début de ne pas trouver de missions. J’avais peur que ça se passe mal avec certains clients.
Certes selon cet article on dirait qu’il y a plus d’inconvénients que d’avantages mais ce n’est pas le cas. Aujourd’hui je ne regrette toujours pas mon choix.
Ma spécialité est en voix d’extinction, mais je souhaite rester freelance.

Je vous invite à lire mon autre article sur le sujet : 6 années en freelance, le bilan.

J’ai créé un groupe d’entraide Facebook : Happy Freelances, je vous invite à le rejoindre. À très vite !

Et vous, êtes-vous freelance ? Ce statut vous tente ?
Avez-vous eu vous aussi des soucis avec le RSI ?

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager :

Étiquettes : , , , , , , , , ,


Chouchou Cendré

Blogueuse depuis 2013, je partage avec vous mes coups de cœur, mes bons plans, mes astuces... Pour ne rien rater, suivez-moi sur  Facebook,  Twitter, Instagram ou encore par Flux RSS. Vous pouvez aussi recevoir un petit mail à chaque fois que je publie un article en vous inscrivant à la  Newsletter du blog !

45 commentaires à propos de « Freelance : Les avantages et les inconvénients »

  1. anges

    bonsoir,

    très bel article sur cette aventure qu’est l’indépendance!

    je m’y reconnais en partie et voit toutes les galères qu’il est possible de traverser!
    Perso, je suis heureux en indépendant aussi, mais j’avoue que les inconvénients sont parfois lourd!

    la majorité des gens salariés ne voit que la partie émergé des projets et de l’indépendance. Quand on est indépendant, on voit toutes les galères aussi que cela est, ce n’est pas toujours tout rose!

    Répondre
  2. anges

    pour finir de repondre, je ne gagne pas encore ma vie en etant independant.. besoin de coup de pouce a droite a gauche. et je ne crois pas etre le seul.
    ce que je deplore le plus, c’est le manque de soutien de l’etat pour accompagner les entrepreneurs! j ai tjs l impression d etre un hors la loi qui sort de prison.. quand je pense que j’habite en france ca me fait peur, je pensais pas etre du tiers monde!

    Répondre
  3. Xavier

    Post que je viens de découvrir et trouve très intéressant.
    Tout d’abord, ca fait plaisir de lire qque lignes de quelqu’un qui est également seule devant son ordi, chez elle, et qui pèse le pour et le contre d’être freelance.
    Je suis auteur photographe, avec tout ce que cela implique: statut à part, cotisations sociales à l’Agessa (en tant qu’assujetti car suis dans la première année de cotisations: d’ailleurs, ca serait interessant pour les personnes qui découvrent ce statut que tu leurs précises les principes hyyyypers compliqués: le précompte, le 1% contribution, …).
    En tant qu’ancien salarié, je bénéficie des indémnités Pôle Emploi pour un temps limité: heureusement! car en ce moment, il s’agit plus pour moi de faire des chèques et des cartes bleues que de facturer des rentrées (et en tant que père de famille, j’ai pas le droit à l’erreur!). >Et expliquer mon statut à part auprès de leurs services a représenté environ … 6 à 8 déplacements rien que pour ca! En même temps, on ne peut pas en vouloir à leurs services de ne pas connaître tous les statuts particuliers qui existent…
    Le risque du freelance est réel; selon sa propre situation, il est préférable d’identifier:
    – les sources de revenus globales en fonction de sa propre situation: en couple: revenus du conjoint, seul: possibilité d’aides temporaires de la famille ou des amis, …
    – le délai nécessaire avant que cette activité représente une réelle source de rémunérations pour en vivre
    – le montant évalué de rémunération mensuelle raisonnable: je ne me fais malheureusement pas d’idées: les « coups » ou je gagnerai plus ne feront que compenser les périodes de faibles ou absences de revenus!
    et enfin si on a la patience nécessaire pour comprendre les rouages de tout l’aspect administratif et la réactivité de répondre présent dés qu’une opportunité se présente (tout ca, c’est du temps, et ca ne tombe pas durant des périodes précises: alors attention à celles et ceux qui veulent prendre des vacances: ca sera difficilement vous qui en déciderait!).
    Voili voilà…. si ca peut contribuer à aider d’autres personnes…. comme l’a fait « aventureuse »!

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      Bonjour Xavier, merci de votre participation ! En effet, ce statut particulier comporte pas mal de pièges comme le précompte, la retraite, le 1% diffuseur… Expliquer son statut auprès de tout le monde est compliqué aussi, beaucoup confondent « freelance / indépendant » avec « auto-entrepreneur » qui est complètement différent. Bref, dans tous les cas, je vous souhaite bonne chance dans cette aventure !!

      Répondre
  4. Ping : Coworking contre co-working et co working | Coworking à Bruxelles avec le Betacowork : Mieux qu'un Centre d'Affaires

  5. Momo

    Bonjour

    Un grand merci pour cet article. Il m’a permis d’en savoir un peu plus sur le statut d’indé. Dommage que vous ne nous donnez pas tous les tuyaux…
    Je suis admin. système et réseaux mais ça fait un moment que je galère, au point de me retrouver au RSA. J’ai de solides compétences dans le webdesign, l’intégration et être freelance dans ce domaine me tente, bien que la concurrence soit dure et le démarchage des sociétés pas du tout évidente.
    Bon courage à ceux qui passeront ici… Je souhaite que chacun puisse vivre décemment de son travail et ne se retrouve pas à la marge du jour au lendemain.

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      Bonjour et merci Momo, contente que cet article serve un peu… Est-ce que vous voyez d’autres tuyaux à partager ? Il est vrai qu’en webdesign la concurrence est un peu plus dure qu’en intégration (il y a plus de freelances sur le marché)… L’idéal quand on débute ou quand on se reconvertit, c’est d’avoir un beau portfolio en ligne qui montre ce qu’on sait faire… Bon courage à vous pour la suite !

      Répondre
  6. Audrey

    Bonjour,
    Je viens de découvrir votre article vraiment intéressant, je suis encore en étude et je me documente sur ce statut.
    J’aurais aimé savoir s’il était possible d’avoir les noms des freelances que tu as rencontré et qui voyagent ? J’aimerais échanger avec eux sur ce mode de vie.
    Je vous remercie.

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      Bonjour Audrey, malheureusement je ne suis plus en contact avec ces gens ou bien ils ne voyagent plus… Les choses évoluent vite en free… Bonne continuation dans vos études…

      Répondre
  7. Mathilde

    Bonjour,

    J’ai trouvé l’article intéressant bien que compliqué.

    Je travaille en tant que traductrice dans une société proposant jeux en ligne, cartes à gratter bingo depuis plus d’un an. Je suis en ce moment dans l’attente d’une confirmation de changement de contract et vais surement passer freelance mais travailler pour la même boite.

    La société pour laquelle je travaille est Israélienne mais est basée à Malte. Je suis française mais compte continuer à voyager. Ayant toujours travaillé à l’étranger, je n’ai jamais payé d’impôt en France et ne compte pas/ plus y vivre. Savez-vous ce qu’il en sera pour moi au niveau des déclarations d’impôts?

    Par ailleurs, je pense cumuler ce contract avec un autre job (CDI ou CDD) afin de subvenir à mes besoins journaliers. Si vous avez des conseils, n’hésitez pas à me contacter par mail.

    Merci d’avance.

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      Bonjour Mathilde,
      Bon courage pour votre continuation en freelance… On entend souvent dire que les impôts français sont plus élevés qu’ailleurs : tout dépend de vos revenus et de votre situation. Bonne continuation et tenez-moi au courant !

      Répondre
  8. vincent

    Bonjour, je suis tombé sur votre article en faisant une recherche afin de plier ma compta pour 2014. Serait il possible de vous poser quelques questions par mail ? Je suis graphiste free et je galère bien niveau compta 🙂

    Merci
    _
    Vincent

    Répondre
  9. Chouchou Auteur de l’article

    Bonjour vincent ! Vous pouvez directement me poser vos questions ici, dans les commentaires, comme ça tout le monde en profitera ! Sauf si ce sont des questions vraiment persos… Bref, dans les 2 cas, n’hésitez pas.

    Répondre
  10. vincent

    Hello,

    voilà ma question :

    je travaille à mon domicile et je souhaite comme tu l’indiques intégrer une partie de mon loyer dans mes charges. Et je me demandais si dans ce cas il y avait également la possibilité de déduire de la TVA ?

    Et sachant que je boost mon assurance habitation pour couvrir le matos informatique, est ce que je peux également déduire une partie de celle ci ?

    Merci pour ton aide,
    _
    V

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      vincent, je vais tenter de répondre au mieux :

      Oui, si tu es locataire, tu peux tout à fait déduire une partie de ton loyer. Il faut estimer l’espace de travail et les parties communes et définir un pourcentage. Perso, je déduisais 20% du loyer. En revanche, il n’y avait pas de TVA donc je ne pouvais pas la déduire.

      Oui tu peux aussi déduire une partie de l’assurance habitation, le même pourcentage que pour le loyer.

      J’espère que ces réponses t’ont aidé.

      Répondre
  11. vincent

    Merci pour ces indications,
    au niveau de l’espace déductible j’ai lu 2 choses :

    1 il faut une pièce dédiée à l’activité (j’ai bien une mini pièce de 4m2 mais bon…)
    2 si tu as un studio tu peux déduire la moitié de la superficie (cette solution m’arrangerait)
    t’as déjà entendu parlé de cette histoire de studio ?

    Merci
    _
    V

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      1. Pour la pièce dédiée à l’activité LOL non c’est faux… Si tu as un F1, tu as forcément un bureau pour travailler même s’il est dans le salon. Personne ne va venir vérifier que tu as une pièce spéciale pour bosser…
      2. Non je n’ai jamais entendu parler de cette histoire de studio, mais en même temps si tu as un studio, tu as peu de m2, donc la déduction est moindre. Donc cela ne m’étonnerait pas que cela soit vrai.
      Dans tous les cas, le plus important, c’est de pouvoir se justifier auprès de son AGA.

      Répondre
  12. Nicolas

    Hello Chouchou,

    merci pour le contenu de cette article. C’est intéressant et montre la vie de freelance sous un autre angle.

    Je suis tombé dessus car je suis à la recherche d’information sur l’AGESSA et le métier de développeur (front-end précisément).
    Et surtout je recherche des personnes qui sont développeur freelance assujetti à l’AGESSA.
    Pas des « oui j’ai un pote », « Mais oui c’est possible », « Mais non c’est pas possible », alors que ces personnes sont graphiste à la MDA ou sont en SARL…

    Du concret ! Et apparemment c’est ton cas 🙂
    J’aurais quelques questions précise sur la facturation. Si tu veux on peut en parler en MP.

    A très vite
    Nicolas

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      Bonjour Nicolas !

      Eh oui c’est exactement mon cas car je suis à l’Agessa et quand je reprendrai le boulot (dès que j’aurai trouvé une nounou pour mon bébé), je chercherai des missions en tant que front-end dev !
      N’hésite donc pas à poser tes questions, en commentaire ici pour aider tout le monde ou via le formulaire de contact du blog si ce sont des questions spéciales !

      À bientôt !

      Répondre
    2. Nicolas

      Merci pour ta réponse Chouchou !

      Tu le sais que quand on cherche si oui ou non on peut exercer cette profession avec cette cotisation sociale (AGESSA), un coup c’est oui et un coup c’est non.
      En les appelant suivant l’interlocuteur c’est pareil. Donc il s’agit d’interprétation et de se positionner fermement dessus (c’est c que je pense pour l’instant).

      Donc ma question est, quelles sont tes intitulés de facture pour du Front-end ?
      Est-ce que tu « maquilles » tes factures pour qu’elles passent le bon vouloir de cet institution ou YOLO ?

      Qu’en est-il des 1% diffuseur.
      Il faut que l’entreprise avec qui tu travailles s’inscrive à l’AGESSA.
      Et elle doit payer 1% supplémentaire, c’est bien ça ?
      Comment tu le gères ? Je travaille avec des startups et honnêtement il faut que ça soit assez simple.
      Les agences, ça passe elles sont rodé pas de souci à ce niveau.

      Bon courage dans ta recherche de nounou 🙂

      A très vite.
      Nicolas

      Répondre
    1. romain

      Bonjour Chouchou,

      Est ce que tu pourrais me forwarder le mail envoyé a Nicolas ou le mettre ici en publique, j’ai exactement les meme questions!

      Quelle profession a tu inscrite dans le formulaire P0i?

      Répondre
  13. Fred

    Salut !

    Merci pour ton article qui m’a aidé par déclarer la première fois ma TVA. Je suis en régime réel.
    Sinon beaucoup de paperasse depuis que je ne suis plus auto entrepreneur.
    Je vais rester également juste avec mon AGA .

    Et le RSI moi je suis en litique car ils m’ont enregistré artisant et cela fait 3 mois que j’essai de passer en profession libérale , là je dois leur faire une lettre de motivation.

    Les autres administrations sont plutôt compétentes mais le RSI « AU SECOURS » ..

    A plus Chouchou et merci pour ton site

    Fred

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      Salut Fred !

      Merci pour ton petit commentaire 🙂
      Bon courage avec le RSI, j’ai mis des mois avant d’arriver à partir, à faire en sorte qu’ils me remboursent et j’ai même reçu une lettre en recommandé avec menace de saisie…
      J’espère que tu as vu le reportage sur M6 sur le RSI qui explique toute leur incompétence !!

      À bientôt Fred !

      Répondre
  14. Julie

    Bonjour !
    Merci pour ces infos. Je précise que je suis NULLE quand il s’agit de paperasse et j’ai, je crois deux questions à vous poser. Peut-être pourrez-vous m’éclairer un peu !

    1 : je suis à la mda, régime micro BNC. Est-il possible dans ce cas de déduire des frais type loyer, repas etc? Sachant que je travaille chez moi avec une pièce plus ou moins dédiée à cela.
    2 : on m’a laissé entendre que l’agessa présentait plus d’avantages que la mda. J’hésite donc à changer si c’est possible… qu’en pensez-vous ? Je suis illustratrice dans l’édition donc à priori je pourrais être à l’agessa.

    Merci d’avance, il faut vraiment que je me renseigne un peu plus sur ce qui existe car pour l’instant je ne gagne pas beaucoup, donc, je cherche à tirer les meilleurs avantages possibles sans me faire taxer de tous les côtés…

    Répondre
  15. Chouchou Auteur de l’article

    Bonjour Julie !
    Je vais tenter de vous éclairer un peu :
    1. Il me semble qu’il n’est pas possible de déduire les charges en micro BNC.
    2. Cela fait un moment que je ne me suis pas penchée sur la MDA mais la dernière fois c’était exactement pareil : même cotisations, même régime de retraite… De quels avantages avez-vous entendu parler ?
    Si vous gagnez peu, le combo micro BNC + MDA me semble parfait ! Après si / quand vous dépasserez les 32k vous pourrez vous mettre en régime de la déclaration contrôlée.

    Répondre
    1. Julie

      Bonjour Chouchou !
      Merci pour toutes ces réponses.
      Pour les avantages Agessa face à Mda, il s’agit surtout des cotisation IRCEC (retraite complémentaire obligatoire) qui sont divisés par DEUX pour les illustrateurs agessa. Apparemment, la moitié est prise en charge par les bibliothèques.
      Le problème est que je ne sais pas si je peux quitter la Mda pour l’agessa.

      Répondre
    2. Chouchou Auteur de l’article

      Julie, n’hésitez pas à appeler directement l’Agessa, ils sont très compétents et agréables au téléphone ! Ils ont toujours su répondre avec précisions à toutes mes questions ! 😉 Tenez-nous au courant.

      Répondre
  16. Gost

    Bonjour,

    Merci pour votre article très intéressant,
    je suis auto entrepreneur pour le moment, et je cherche à passé indépendant, car autoentrepreneur à un plafond de chiffre d’affaires et on ne peut pas déduire de charge.

    Or je travaille chez moi donc je voudrais déduire loyer, internet, téléphone, etc. + certains frais essentiels frais PayPal, frais d’abonnement aux sites de freelance, location de serveurs, etc..

    Pensez-vous que c’est valable et avez-vous des exemples concrets du % que l’on peut déduire.

    J’ai aussi l’impression que l’état fait tout pour compliquer ce statut.
    Je n’arrive pas à trouver d’explication simple.

    Merci 🙂

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      Bonjour Gost,

      Il n’y a pas d’explication simple car cela varie beaucoup d’une personne à l’autre.
      Loyer : seulement quand on est locataire, il faut déduire la partie du ‘bureau’ (j’étais à 20% je crois). Je déduisais
      Internet (100% selon l’activité), téléphone : pourcentage des appels pro (je déduis 30%), PayPal (100%), frais d’abonnement aux sites de freelance (100%), location de serveurs (100). Tout ce qui est lié à votre activité est entièrement déductible. Tout ce qui est partagé est partiellement déductible, au cas par cas. Il faut juste savoir justifier !

      Répondre
  17. la solution on expense

    les notes de frais et les galères administratives sont des contraintes assez importantes pour être soulignées, ce sont de gros inconvénients : sans facture pas possible de déduire ses frais, c’est donc une habitude à prendre. Pour ce qui est des contacts avec les administrations, il faut se dire que ca fait travailler la patience^^

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      Intéressant cette offre… Qu’en est-il de la communication / validation AGA ? Est-ce que la note de frais est vraiment ‘décryptée’ automatiquement ?

      Répondre
  18. Silvia

    Bonjour Chouchou,
    Merci pour ce témoignage qui me touche car je souhaite ouvrir un service administratif et RH externalisé, probablement en autoentrepreneur. (c’est encore à l’étude).
    Vous indiquez dans votre article que vous passez quelques heures tous les 3 mois à votre administratif. J’aimerai savoir combien d’heures exactement et quels sont les paperasseries qui sont concernées ?
    Et puis aussi, puisque j’y suis, aimeriez vous avoir une assistante administrative et si oui, dans quels domaines ?
    Merci pour vos réponses et joyeux noël !!!

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      Bonjour Silvia !
      Je passe environ 2-3h par trimestre à faire ma compta. Je rentre mes notes de frais, mes dépenses, mes amortissements… etc dans le logiciel Ciel. Oui j’aimerais beaucoup avoir une assistante administrative pour faire cette tâche 🙂 Ça m’intéresserait.
      Joyeuses fêtes de fin d’année !

      Répondre
  19. Ping : exemple de cotisation rsi

  20. sossi

    Bonjour,

    Actuellement je suis en Free Lance en se moment j’ai trop de credit a payer est surtout j’ai rien contre les retarde de payement en se moment je suis toujours a découvert impossible d’aller s’acheter a mangé avec les clients toujours degouté de mangé des sandwish maison et l’essence je dois faire le plein tout les 2 jours je travail etant technicien support mobile Airbus group mon trajet est pas facile loin de mon domicile de base je suis seulement un Concepteur d’application mobile Jquery & Javascript ainsi dévelopeur Intégrateur Web.

    Personnellement se que je trouve étant en Free Lance on peut révé de voyagé ces « GUD »,
    les inconvenient ces pas ticket resto , Aucune Fiche de paye on peut toujours réve de sa avec CDI ou un CDD , Recevoir sa paye vraiment  » apres 1/2 mois de retard  » et je travaille le soir pour histoire me faire le plein d’essence de covoiturage .

    Je déconseille Fortement au personne voudrons faire du Free lance serte tu peut avoir des contact mes en fin de compte déja ma vie est misérable impossible de vivre une vie avec du Free lance tout l’argent que tu gagne part dans tes frais de credit .

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      Bonjour sossi,
      Désolée de connaître votre situation. En effet, le statut freelance pour certains cas n’est pas avantageux. Il est conseillé d’avoir une « situation stable » (pas de crédit, un / une conjoint qui a un emploi fixe) AVANT de se mettre en free. J’espère que votre cas s’arrangera, si ce n’est pas le cas, le retour en CDI peut être envisageable. Cdt, Chouchou Cendré

      Répondre
  21. Ping : Atouts / Défauts freelance – A little share

  22. Ping : exemple de declaration rsi

  23. Ping : Être à son compte : les avantages et inconvénients du freelance - Pour travailler autrement

  24. Coworking

    Bonjour et félicitations pour votre article, il est épatant et très intéressant ! Je me sens notamment concerné par les espaces de travail de coworking. Les bureaux partagés sont très avantageux lorsqu’on est indépendant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *