Parrainer un enfant avec Enfants du Mékong

Un génocide méconnu

Imaginez un peu… on débarque dans votre maison, vous expulse avec violence, vous emmène de force dans un camp de travail. Dépossédé de tous vos biens et éloigné de votre famille, vous êtes contraints de travailler sous menaces de mort.
Cela ressemble au scénario de « The Handmaid’s Tale » sauf que c’est bien réel et cela s’est déroulé il y a 45 ans seulement au Cambodge : famine, torture, cannibalisme… Dès les premières semaines, les intellectuels du pays ont été éliminés violemment, instaurant un climat de paranoïa et de terreur. Les enfants ont été isolés, endoctrinés et armés pour être utilisés contre les adultes.
Il n’existe pas de décompte exact du nombre de victimes, néanmoins on parle de presque 2 millions de mort, soit 1 tiers de la population cambodgienne de l’époque.
Mes parents ont vécu ce génocide perpétré par les Kmers rouges, et ont risqué leur vie pour fuir le pays et trouver refuge.

L’utopie meurtrière


Si vous souhaitez en savoir plus sur ce génocide, je vous conseille ce livre L’Utopie meurtrière : Un rescapé du génocide cambodgien témoigne de Pin Yathay.

On croit savoir. Les journaux, la télévision paraissent avoir tout dit et tout montré du Cambodge et du martyre de son peuple. Et tout à coup un témoin surgit. C’est Pin Yathay, un rescapé, un ingénieur qui comme des centaines de milliers de citadins fut, avec sa famille, contraint de quitter Phnom Penh le 18 avril 1975, lendemain de la victoire des Khmers rouges. De déportation en déportation, il connut les travaux forcés, la famine et les deuils. Il raconte ce qu’il a vécu au jour le jour, et nous découvrons que nous n’avions de la tragédie du peuple cambodgien qu’une vision abstraite malgré tous les reportages. C’est que, pendant plus de vingt-six mois, Pin Yathay a connu l’enfer. Il a assisté à l’abolition de la monnaie ; il a perdu son identité ; il a défriché les forêts insalubres ; il a vu mourir de faim et de maladie ses enfants, ses parents, ses frères et sœurs, ses cousins. Inséparables, ils étaient partis dix-huit de Phnom Penh. Seul survivant de ces dix-huit déportés, Pin Yathay arriva miraculeusement en Thaïlande au mois de juin 1977, après avoir marché pendant quatre semaines dans la jungle. Sa femme, sa compagne d’évasion, s’était égarée dans la forêt. Elle disparut à tout jamais. Aussi Pin Yathay n’écrit-il pas un pamphlet ou un essai politique, mais le récit de sa détresse et de son entêtement à vivre. Il le dédie à ses enfants, à sa femme, à ses parents et à ses amis exterminés par la froide résolution criminelle des Khmers rouges. La vérité humaine est là. Pin Yathay nous la rapporte telle qu’il l’a vécue. Désormais nous savons.

Il y a également le film D’abord, ils ont tué mon père d’Angelina Jolie disponible sur Netflix :

Parrainer un enfant

Enfants du Mekong
Avec l’association caritative « Enfants du Mékong », il est possible de parrainer un enfant dans les pays suivants : Vietnam, Birmanie, Cambodge, Thaïlande, Philippines et Laos. En 2020, ce sont plus de 22 000 enfants parrainés et 60 000 enfants soutenus qui peuvent ainsi accéder à l’éducation, se construire et s’insérer professionnellement.

Aujourd’hui, le Cambodge a besoin de se reconstruire lentement, de se relever des atrocités perpétuées et ce renouveau passe par l’éducation.
Nous avons reçu plusieurs lettres de notre filleule, que nous parrainons depuis 1 an. Elle s’appelle Sohoeut et a 11 ans. Elle vit seule avec sa grand-mère.
Avec les enfants, on lui envoie des lettres, des dessins et des photos.

L’argent du parrainage permet entre autres de financer du matériel scolaire et un soutien financier qui compense le fait qu’elle aille à l‘école au lieu de travailler.
Peut-être qu’un jour, nous irons la rencontrer là-bas…

lette filleule cambodge

⇢ Parrainer un enfant grâce à « Enfants du Mékong »

Zoom sur 8 associations caritatives dédiées aux enfants

Quand j’étais petite, mon père donnait de l’argent à l’association « Handicap International ». Gamine, je me disais : quand je serai grande et que je gagnerai de l’argent, moi aussi je donnerai aux associations caritatives. Je tenterai d’aider les autres…

VOIR L’ARTICLE

Angelina Jolie Louis Vuitton
ANGELINA JOLIE
L’actrice Angelina Jolie est tombée amoureuse du Cambodge pendant le tournage de Tomb Raider. Elle a même adopté un orphelin Cambodgien, Maddox. Grâce à son engagement humanitaire pour le pays, le premier ministre lui a offert la double nationalité.

En résumé…

Quoi : Enfants du Mékong, association de parrainage depuis 1958

Combien : 28€ / mois (déduction fiscale de 75%)

N’oublions pas non plus le génocide du Rwanda (800 000 morts) en 1994.
La Shoah qui a tué entre cinq et six millions de Juifs en 1941.
Et, encore, aujourd’hui, les Ouïghours en Chine, un génocide silencieux. Amnesty International a lancé une pétition et un appel aux dons.

Aussi, je me suis engagée à reverser une partie des bénéfices de Nolia Games à l’association Enfants du Mekong.

Vous avez aimé cet article ? Épinglez-le sur interest pour le retrouver plus tard : Parrainer un enfant
Share the ♥ en partageant cet article :
Nolia Games
Découvrez une toute nouvelle aventure immersive originale
Nolia Games propose des jeux interactifs composés d'une partie papier et d'une partie interactive à réaliser en duo parent-enfant. Apprenez les bases de l'informatique à votre enfant tout en s'amusant !

Chouchou Cendré
Chouchou Cendré

Blogueuse depuis 2013, je partage avec vous mes outils, mes coups de cœur, mes bons plans, mes astuces... Pour ne rien rater, suivez-moi sur  Facebook,  Twitter, Instagram, Pinterest ou encore par flux RSS. Vous pouvez aussi recevoir un petit mail à chaque fois que je publie un article en vous inscrivant à la newsletter du blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *