L’expression abdominale : la pratique interdite

Maman   15 octobre 2014

Expression abdominale

Vous êtes enceinte et vous allez accoucher prochainement ?
Ou bien : lors de votre accouchement, est-ce que la sage-femme ou la (ou le) gynécologue vous a appuyé fortement sur le ventre afin d’accélérer la sortie du bébé ?
Cette pratique s’appelle l’expression abdominale et elle est INTERDITE. Cet article a été corrigé, voir plus bas.

Je l’ai appris plusieurs mois après mon accouchement pendant ma rééducation périnéale par une sage-femme libérale. J’en ai parlé autour de moi, et je me suis rendue compte que personne ne savait que c’était interdit. Selon les statistiques, le consentement pour pratiquer cette méthode est demandé dans seulement 18% des cas. Et, étrangement, cette méthode est surtout pratiquée dans les établissements privés.

J’écris cet article car je trouve important de faire passer le mot : n’hésitez pas à refuser cette pratique dans la salle d’accouchement et ce même si on ne vous demande pas avant l’autorisation. Dans certains cas, cela peut en effet aider mais dans la plupart des cas, c’est douloureux et cela peut provoquer des complications à la maman et au bébé (douleurs abdominales persistantes, ecchymoses abdominales, fractures de côtes, lésions périnéales, voire ruptures de la rate, hépatique, utérine ou déchirure du pédicule lombo-ovarien). Il y a d’autres moyens pour faire sortir un bébé qui a du mal à descendre, comme la ventouse ou les forceps.

Dans mon cas, le gynécologue a clairement dit qu’il voulait partir vite (j’étais pourtant dans un hôpital privé et ses frais d’honoraires pour l’accouchement étaient de 500€).
Il a d’abord demandé au papa d’appuyer sur mon ventre avec son coude. Quand il a vu que le papa n’appuyait pas fort par peur de me faire mal, il a appuyé lui-même de toutes ses forces avec ses coudes. C’est à ce moment-là que j’ai hurlé de douleur. Et cela n’a pas du tout aidé le bébé à sortir.
Voilà, quand j’ai appris que c’était interdit, j’étais furieuse et je n’avais qu’une seule envie, c’est d’aller attendre ce fameux gynéco à la sortie de son cabinet, le mettre par terre, lui appuyer sur le ventre avec mes deux coudes et de lui dire “ça fait mal hein c***** ?? alors imagine avec la douleur d’une contraction en plus”…

J’ai une connaissance qui a eu pire : la sage-femme s’est carrément assisse sur son ventre… Et cela n’a pas accéléré l’accouchement non plus.

J’aurais aimé savoir avant que cette pratique était interdite.

Et vous, est-ce qu’on vous a appuyé sur le ventre pour « aller plus vite » ?

EDIT du 12/10/15 : Ma source était un article du magazine PARENTS mais il semblerait que l’article ne soit pas exact. L’expression abdominale n’est pas ‘interdite’, elle est juste fortement déconseillée.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager :

Étiquettes :


Chouchou Cendré

Blogueuse depuis 2013, je partage avec vous mes coups de cœur, mes bons plans, mes astuces... Pour ne rien rater, suivez-moi sur  Facebook,  Twitter, Instagram ou encore par Flux RSS. Vous pouvez aussi recevoir un petit mail à chaque fois que je publie un article en vous inscrivant à la  Newsletter du blog !

11 commentaires à propos de « L’expression abdominale : la pratique interdite »

  1. Amélie

    Oui, pour le premier… je n’ai en ai pas vraiment de souvenir, mais je sais que mon mari, lui s’en souvient… c’est lui qui a du appuyer et il n’a pas aimé ça

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      Oui c’est vrai qu’avec la douleur et le stress de l’accouchement, ça passe souvent « inaperçu » au milieu du reste… Les gynécos sont des filous, ils savent très bien que c’est interdit, c’est pourquoi ils demandent aux papas de le faire !
      Très sympa votre blog, au passage, je l’ai rajouté à mes flux RSS !
      🙂

      Répondre
      1. Amélie

        Merciiii pour le blog ! Nous en l’occurence ça n’était pas un gynéco, mais une sage-femme… visiblement c’est commun pour tout le monde 🙁 Et moi aussi, quand je me suis renséignée sur le sujet après, ça m’a bien foutue en rogne…

        Répondre
  2. Carine P

    J’y ai eu le droit pour ma 1ere aussi, en clinique privé également. Ma miss était mal positionné et avait du mal à descendre. La péridurale que j’ai attendu 3 heures (quand je dis 3 heures c’est qu’après 1 heure de forte douleur j’ai réclamé et on m’a dit que quelqu’un arrivait et 1 heure après « ah il a du vous oublié! » grrr et il a encore mis 1heure avant de se pointer et en plus de m’engueuler (gros co***,) heureusement je ne l’ai pas revu pour mes 2 autres accouchements là-bas. ) Peridurale qui était trop forte et du coup je en sentais plus les contractions. Alors horrible quand une SF est venue pour m’appuyer sur le ventre, une fois elle a râler car je lui enlevais les mains (ouais moi c’était les mains pas les coudes quand même) mais je n’avais pas pris d’air, bref l’accouchement que je ne voudrais pas revivre en tout point.
    Pour ma 2eme, j’ai dis que je ne voulais pas d’épisio au moment où le gyneco allait la faire et il a fait semblant de ne pas avoir compris et m’a redemander après ce que je venais de dire. grrr
    Pour ma 3eme j’ai bien préciser à la SF en arrivant que je n’en voulais pas, résultat, elles ont tardé à tel au gyneco et il est arrivé quand ma puce venait de sortir et la SF m’a fait comprendre que comme ça je n’avais pas eu d’épisio.
    Pour bb4 nickel, après avoir tarder, il est arrivé si vite qu’ils ont à peine eu le temps de préparer la table 😉 , l’anesthésiste qui venait pour la péri a finalement aider pour l’accouchement, elle a appris vite faite à mettre le lit en version accouchement.
    Voilà, il y a encore beaucoup à dire sur les accouchements, on nous explique très mal ce qui se passe et se qu’ils font.

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      Eh bah dis donc, 4 enfants (donc 4 accouchements), vous êtes courageuse ! En revanche je pensais que l’épisio c’était souvent au 1er mais pas au 2ème accouchement…

      Répondre
  3. Céline

    J’y ai eu droit pour l’accouchement de mon premier il y a 3 ans. En plus de la ventouse! Avant d appuier la première fois la sage femme m’a demandé ou plutôt prévenue, je ne sais plus trop… J ai tout de suite dit stop je n en pouvait déjà plus… Mais alors d être écrasée en plus de tout c était la cata!
    Je suis enceinte de mon deuxième, c est cela qui me fait tapper « appui sur le ventre pendant l accouchement, » sur internet, je ne l avais encore jamais fait. J apprends donc seulement 3 ans après que c est interdit… Pourtant je n ai rien caché à personne surtout pas au personnel médical…
    Mon fils à un ptosis à l oeil droit (abaissement de la paupière). Je me suis toujours dit que cet appui sur le ventre était peut être responsable.
    ça faisait 30 heures qu on était à la maternité et j ai poussé 45 min je me dit aussi que l équipe a fait ce qu elle pouvait pour que mon bébé sorte enfin !

    Répondre
    1. Chouchou Auteur de l’article

      Eh oui appuyer sur le ventre pendant l’accouchement, c’est interdit et presque personne ne le sait… C’est dommage !

      Répondre
  4. Flo

    Cette manoeuvre n’est pas interdite mais controversée, je ne suis pas adepte de cette manoeuvre mais elle peut s’avérer être une bonne aide dans certains cas, une dystopie des épaules par exemple là ou la ventouse et le forceps ne sont plus utiles.
    Il est important d’informer les mamans, mais dans certains moments d’urgences obstétricales, les moyens sont mis en oeuvre très rapidement et peut être expliqués avec du décalage.
    Cette manoeuvre doit être faite correctement et que pour certains cas mais elle n’est pas interdite.

    Répondre
  5. Julie de Faramond

    Merci pour cette information !
    Cela me conforte dans l’idée qui’l ne faut pas accoucher dans le privé ! Leur fonctionnement les incite à accélérer le travail car le temps c’est de l’argent et leur raison d’être est de faire du profit…
    L’hôpital public n’est pas parfait mais malgré la nouvelle loi Santé, ils n’en sont pas encore là…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *